Un maintien, une grâce, que reflète son jeu subtil et profond, aussi brillant par les couleurs et la virtuosité que fascinant par les abîmes qu’il frôle.

LE MONDE, Marie-Aude Roux

FROGGY'S DELIGHT - Jérôme Gillet

Froggy’s delight : Duo Solo

« Il y a une ferveur, une intensité dans le jeu de la violoncelliste, une pure évocation musicale (du plus profond au plus lumineux) »

« Ce disque, c’est Astrig Siranossian, ses doigts, sa voix, ses oreilles, ses souvenirs, son cœur, son âme. »

LE MONDE - Marie-Aude Roux

Le Monde : Sélection albums

« Astrig Siranossian s’est imposée dans la galaxie des artistes dont le talent ouvert sur le monde transcende les répertoires. »

« Un disque fort et singulier, à l’image de la personnalité rare et attachante d’Astrig Siranossian. »

Toute la Culture - YAËL HIRSCH

Astrig Siranossian : « Duo solo » de violoncelles autour de Kodaly, Ligety, Bach et de chants arméniens

« un timbre époustouflant »

« une interprétation saisissante du mouvement (de Kodaly) : tumultueuse, pleine d’énergie, avec une intensité et une gravite auxquelles se mêle une joie lumineuse »

Classical Music, BBC - Erica Jeal

Duo Solo – Astrig Siranossian

« un niveau d’intensité remarquable tout au long d’une performance encore plus farouchement lyrique que celle de son héros János Starker ».