Paris Match - Méliné Ristiguian

INTERVIEW

« Le violoncelle dans la peau… » 

Paris-Match 

Le Monde - Pierre Gervasoni

Cello Concertos : Khatchaturian & Penderecki

« Avec Astrig Siranossian, la constellation des jeunes violoncellistes appelés à briller dans le ciel international s’enrichit d’une nouvelle étoile » 

Le Monde

Ouest-France - Vincent Cressard

Centenaire de la disparition de Camille Saint-Saëns

Astrig Siranossian interprète magistralement, chez Alpha classics, le premier Concerto pour Violoncelle [de Camille Saint-Saëns].

Ouest-France

Télérama - Sebastien Porte

Télérama – Nadia Boulanger

Sans Nadia Boulanger, les compositeurs américains auraient continué à imiter la musique européenne du XIXe

Télérama

Le Monde - Marie-Aude Roux

Astrig Siranossian, la « petite étoile » du violoncelle.

 Un maintien, une grâce, que reflète son jeu subtil et profond, aussi brillant par les couleurs et la virtuosité que fascinant par les abîmes qu’il frôle.

Le Monde

France Culture - Olivia Gesbert

Astrig Siranossian et l’héritage de Nadia Boulanger

A travers cet hommage à Nadia Boulanger, c’est aussi la place du professeur dans le parcours de tout musicien qui est célébrée dans cet album. C’est elle qui permis à Quincy Jones d’étudier un art qui lui était refusé aux Etats-Unis du fait de sa couleur de peau, et, surtout, prit sous son aile Igor Stravinsky.

France Culture