Le Figaro

Dear Mademoiselle

Le vrai cadeau de ce disque, c’est naturellement ces pièces pour violoncelle et piano de Nadia Boulanger, d’une délicatesse infinie, où perce tout l’amour de la professeure- compositrice pour le grand répertoire.

Le Figaro

Médiapart - Frederick Casadesus

Dear Mademoiselle

Son album est idéal pour initier les novices à la musique savante autant que pour séduire les mélomanes aguerris qui, se croyant revenus de tout, se verront obligés de murmurer: « tiens, je ne connaissais pas et c’est rudement joli…« 

Médiapart

La Croix - Emmanuelle Giuliani

Hommage d’une demoiselle à une autre

Mademoiselle Boulanger a comme talent de déceler la singularité de chacun pour la faire fructifier. Ainsi a-t-elle poussé Astor Piazzolla à cultiver ses racines argentines plutôt que de se glisser dans des modèles européens qui n’étaient pas lui.

La Croix

France Info : Culture - Lorenzo Ciavarini Azzi

La violoncelliste Astrig Siranossian célèbre Nadia Boulanger en interprétant ses disciples

 J’ai dû entrer dans l’univers de chacun de ces compositeurs, ces élèves de Nadia Boulanger dont la spécificité est d’avoir trouvé leur langage propre grâce à elle.

France Info

Gang Flow - Anne- Sandrine Di Girolamo

Divines Artistes

 Dear Mademoiselle – A tribute to Nadia Boulanger est une véritable croisée de destins. Astor Piazzolla, Igor Stravinsky, Nadia Boulanger, Elliott Carter, Philip Glass, Michel Legrand et Quincy Jones… Cet hommage rendu à la grande Nadia Boulanger charme et envoute. A la première écoute d’une certaine manière, et aux écoutes qui suivent de bien d’autres manières encore. Beau, et riche.

Gang Flow

Dauphiné Libéré - Isabelle Augé

La musique fait partie intégrante de moi !

Je pense que pour réussir il faut aller chercher ailleurs, dans d’autres arts, être curieux

Le Dauphiné Libéré